elles sont venues s’offrir une parenthèse de « lâcher-prise », afin de « se recentrer sur elles-mêmes », comme elles disent en sirotant un jus vert dans les vestiaires. « Tout arrive toujours pour une raison », poursuit l’enseignant, sur fond de musique planante.