Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Témoignages de la source/Testimonies about the source

Ci-dessous, nous partageons un texte qui résonne à nos oreilles. Je me souviens d'ailleurs de certaine métaphore utilisée dans la secte pour enseigner les rôles de l'homme et de la femme. En substance, les hommes étaient les chevaliers affrontant le dragon (symbole du mal) et les femme avaient un rôle de soutien, humble et effacé, de leur homme... tout un programme!

LE MYTHE DE LA VIRILITÉ

Un piège pour les deux sexes

Olivia GAZALÉ

Et si, comme les femmes, les hommes étaient depuis toujours victimes du mythe de la virilité ? De la préhistoire à l'époque contemporaine, une passionnante histoire du féminin et du masculin qui réinterprète de façon originale le thème de la guerre des sexes. 

Pour asseoir sa domination sur le sexe féminin, l'homme a, dès les origines de la civilisation, théorisé sa supériorité en construisant le mythe de la virilité. Un discours fondateur qui n'a pas seulement postulé l'infériorité essentielle de la femme, mais aussi celle de l'autre homme (l'étranger, le « sous-homme », le « pédéraste »...). Historiquement, ce mythe a ainsi légitimé la minoration de la femme et l'oppression de l'homme par l'homme.

Depuis un siècle, ce modèle de la toute-puissance guerrière, politique et sexuelle est en pleine déconstruction, au point que certains esprits nostalgiques déplorent une « crise de la virilité ». Les masculinistes accusent le féminisme d'avoir privé l'homme de sa souveraineté naturelle. Que leur répondre ? Que le malaise masculin est, certes, une réalité, massive et douloureuse, mais que l'émancipation des femmes n'en est pas la cause. La virilité est tombée dans son propre piège, un piège que l'homme, en voulant y enfermer la femme, s'est tendu à lui-même.

En faisant du mythe de la supériorité mâle le fondement de l'ordre social, politique, religieux, économique et sexuel, en valorisant la force, le goût du pouvoir, l'appétit de conquête et l'instinct guerrier, il a justifié et organisé l'asservissement des femmes, mais il s'est aussi condamné à réprimer ses émotions, à redouter l'impuissance et à honnir l'effémination, tout en cultivant le goût de la violence et de la mort héroïque. Le devoir de virilité est un fardeau, et « devenir un homme » un processus extrêmement coûteux.

Si la virilité est aujourd'hui un mythe crépusculaire, il ne faut pas s'en alarmer, mais s'en réjouir. Car la réinvention actuelle des masculinités n'est pas seulement un progrès pour la cause des hommes, elle est l'avenir du féminisme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Jacues Van Rillaer 16/01/2018 19:22

A la demande du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, je lis des ouvrages dont je fais de très brèves présentations (pas dépasser 1200 signes) destinées à toutes les bibliothèques. J'ai lu avec un intérêt considérable le livre d'Olivia Gazalé. Voilà la présentation que j'en ait fait:
L’ouvrage de la philosophe Olivia Gazalé est une somme impressionnante, fort bien écrite, d’informations historiques, sociologiques, psychologiques, biologiques et théologiques, toujours référencées, sur l’histoire de la condition des femmes et des hommes. Il semble que la maternité était glorifiée durant la préhistoire. Ensuite les hommes ont élaboré le mythe de la supériorité du mâle. Un des facteurs a sans doute été la compréhension du rôle fécondant du sperme à l’époque où les humains se sont sédentarités et ont pratiqué l’élevage. Le mythe a des effets très néfastes pour la majorité des femmes, mais aussi pour des hommes. Ceux-ci sont contraints de se montrer virils, de réprimer leurs émotions, de mourir au combat, et sont épouvantés par la perte de leur puissance sexuelle ou d’autres signes de virilité. Le mythe est donc un piège pour les deux sexes. Il est particulièrement néfaste pour les homosexuels et les hommes non reconnus comme virils. On constate qu’en Occident ce mythe perd de sa force depuis un siècle. Soulignons qu’un long chapitre sur la pudeur et le voile fait une très remarquable mise au point sur la polysémie des pratiques de recouvrement du corps.

Belinda 16/01/2018 21:57

Merci Jacques Van Rillaer. Voilà qui donne vraiment envie de lire ce livre... de la philosophe.

Témoignages de la source/Testimonies about the source

Ce blog regroupe les témoignages d'anciens adeptes ayant participé aux séminaires "Retreat to the Source", aujourd'hui Cobaltsaffron Retreat, qui se donnent au château de M. dans le sud de la France, à San Francisco et Londres. Ce blog est simplement le dire d'un vécu parfois bouleversant, le dire, simplement pour tenter de guérir ses blessures, de mettre des mots quand il n'a pas été toujours possible de le faire, par honte, par peur. Les mots d'une mise en garde bienveillante..

Hébergé par Overblog